X FERMER

NAVIGATION

Ville de Changé
Conseil Municipal
  • Commissions et groupes de travail
  • Délibération du conseil
  • Présentation de la ville
  • Histoire
  • Plans de ville
  • Patrimoine
  • Démarches administratives
  • Mon service public.fr
  • Elections Location des salles Cimetière Présentation des services municipaux Qualiville à Changé
  • Le manuel qualité
  • Votre avis nous intéresse
  • Conciliation de justice Annuaire des entreprises Adresses utiles Annuaire du patrimoine
    Enfance, Jeunesse, Solidarités
    Commission Enfance Jeunesse et Solidarités Projet éducatif de territoire Tarifs Restauration scolaire Publications Enfance Jeunesse Petite Enfance
  • Relais Assistantes Maternelles
  • Multi-accueil Lulubelle
  • Enfance Espace jeunes Écoles Les Temps d'Activités Périscolaires (TAP) Espace famille
  • Inscription espace famille
  • Accéder à l'espace famille
  • Le Pédibus Solidarité
  • Action Sociale
  • Logements sociaux
  • Escale Saint-Roch, maison d'accueil d'urgence
  • Urbanisme et Développement durable
    Commission Urbanisme et Développement durable Commission extra-municipale accessibilité Agenda 21
  • Gestion différenciée
  • Inventaire des arbres
  • Aulne 27
  • Chêne Faisans N°1
  • Séquoia Géant 25
  • If N°2
  • Buis 3
  • Aubépine 4
  • Thuya 5
  • Mélèze 6
  • Houx 7
  • Lilas des Indes 8
  • Cedre de l'Atlas 9
  • Hêtre Pourpre 10
  • Bouleau Pleureur 11
  • Frêne 12
  • Poirier 13
  • Chêne Pédonculé 14
  • Cèdre de l'Himalaya 15
  • Sapin de Noel 16
  • Marronier 17
  • Peuplier Tremple 18
  • Platane d'Orient 19
  • Laurier du Portugal 20
  • Chêne Rouge 21
  • Chêne Vert 22
  • Chêne Ecarlate 23
  • Tulipier de Virginie 24
  • Châtaigner 26
  • Hêtre Fastigié 28
  • Copalme d'Amérique 29
  • Cyprès Chauve 30
  • Charmille 31
  • Arbre aux quarante écus 32
  • Houx à feuille de châtaigner 33
  • Arbre de Soie 34
  • Chêne des marais 35
  • Charme fastigié 36
  • Frêne 37
  • Label ville fleurie Travaux Convention des Maires PLU, Cadastre
  • Travaux soumis à autorisation d'urbanisme
  • Votre cadastre en ligne
  • Se déplacer Gérer ses déchets Risques majeurs Subventions Lotissement de la Fuye Lotissement Sablons
    Culture, Sport & Associations
    La commission Culture, Sport et Associations Service culturel Médiathèque Pôle d'enseignement artistique
  • Animations 2017
  • Musique
  • Danse
  • Arts plastiques
  • Théâtre
  • Horaires
  • Associations
  • Annuaire des associations
  • Annuaires des présidents
  • Documents à télécharger
  • Réserver du matériel et les minibus
  • Comités de jumelage
  • Ichenhausen en Allemagne
  • Les membres du bureau et du conseil d'administration
  • Le 20éme Anniversaire
  • Comité Changé - Roumanie
  • Finances
    Le groupe de travail finances TIPI Titres payables sur internet Compte administratif 2015 Budget primitif 2016 DOB : Débat d'Orientation Budgétaire
    Communication & Démocratie numérique
    Le groupe de travail communication Publications
  • 2016 - 2017
  • de 2005 à 2015
  • de 2002 à 2004
  • de 1997 à 2001
  • de 1992 à 1996
  • de 1987 à 1991
  • de 1982 à 1986
  • de 1977 à 1981
  • Les suppléments et numéros spéciaux
  • Archives du Flash Info mensuel
  • Bibliothèque Livres Archives des lettres d'informations Open Data WIFI Changé Espace Presse Chang'éveil
    Démarches Administratives
    Vos démarches administratives

    COORDONNÉES

    TEL. 02 43 53 20 82

    Espace personnel
    Histoire

    HISTOIRE

    Dès les premiers temps du christianisme dans les Gaules, la localité entre dans l'histoire sous le nom latin de Cambiacus ; dès le Moyen Age, elle s'appelle Changeium.

    La Seigneurie de Changé appartint à la Châtellenie de Saint-Berthevin, puis fut rattachée au Comté de Laval ; les Ducs de la Trémoille portaient le titre de Seigneur de Changé.

    A partir de l'an 1100 environ, Changé eut son Prieuré, dépendance de l'Abbaye d'Évron, avec son église Sainte-Marie.

    Vers 1697, Miroménil écrivait que la région ne produisait que seigle, avoine et "blé breton" ; les landes occupaient également une portion importante de la paroisse. Dans les années qui suivirent la Révolution de 1789, plusieurs Changéens payèrent de leur vie leur participation à la chouannerie.

    C'est sur les caves voûtées du Prieuré en ruine - qui avait été vendu comme bien national en 1790 - que fut construit le château, fin XVIIIe et début XIXe siècles.

    Jusqu'à son acquisition par la commune en 1962 pour y installer la mairie, ce château resta la propriété de la famille d'Elva, d'origine piémontaise, établie en France sous Louis XV, dont trois membres assurèrent la fonction de premier magistrat municipal, pendant trois générations, de 1813 à 1925. L'ancienne église paroissiale Saint-Pierre, en mauvais état et jugée trop petite, fut démolie pour faire place à l'édifice actuel, dont la construction, commencée en 1869, ne put être achevée que dix ans plus tard après de graves difficultés dues à des tassements de terrains.

    Tout au long du XVIIIe siècle, pour améliorer l'agriculture, on défricha des landes et on pratiqua largement le chaulage des terres ; Changé avait alors six fours à chaux, dont quelques vestiges subsistent encore. Changé a connu diverses activités industrielles : dès le XIVe siècle, lavanderies et blanchisseries de toiles dans les quartiers de Bootz et de la Maillarderie (rattachés à Laval en 1863) ; plus tard carrières d'ardoise, de pierre, de sable ; au siècle dernier, une briqueterie et une blanchisserie-teinturerie avec machine à vapeur ; depuis de nombreuses entreprises sont venues s'implanter sur la commune.

    Le pont actuel date de 1956 ; il a remplacé le pont de fonte qui avait été mis en service en 1872 et que l'armée allemande, pour protéger sa retraite, avait détruit fin juillet 1944. Il a été amélioré par la juxtaposition d'une passerelle pour piétons en 1997.

    Depuis les municipalités successives ont continué à développer les intérêts de notre cité aussi bien dans le domaine économique (zones artisanales et industrielles) que sportif, associatif, culturel et d'aménagement divers pour le confort et le bien-être des Changéennes et Changéens (salle des Ondines, salle de sports, Médiathéque, Marelle, caserne des pompiers...).

    L'histoire de Changé vous intéresse alors reportez-vous à l'ouvrage édité par la mairie en 1995 et écrit par Louis Davoust. Dans ce livre de 144 pages, il vous propose de découvrir un passé vraiment riche, malgré la disparition, au cours des âges, de la plupart des édifices anciens.

    Ce passé de dix siècles, même s'il est presque "invisible", méritait bien d'être retracé, car notre civilisation actuelle en est l'héritage.
    Cette histoire de Changé s'inscrit sans doute en marge des événements qui font la grande Histoire.

    Elle n'évoque pas les régimes politiques et leurs transformations, les guerres, les traités, les révolutions (exception faite de la Chouannerie dont le souvenir est resté vivace dans notre région), mais plutôt les faits de la vie quotidienne des travaux et des jours de la population locale, essentiellement rurale jusqu'à ces dernières années (seigneurs et nobles campagnards, et surtout paysans, petits marchands et artisans ruraux, ouvriers tisserands ou chaufourniers). C'est l'histoire des "gens", tout simplement.

     

    La famille d'Elva

     

    "Son existence remonterait à l'an 800 (...). Originaire du Piémont, elle vient s'installer en France, sous louis XV, en la personne de Joseph, officier de Saint Louis (...) Il épouse la Comtesse Desnos de la Feuillée (sa première femme).
    Son fils Armand, fruit de son second mariage avec Claudine Dulau, prendra aussi le métier des armes et deviendra maréchal, sous le 1er Empire. Blessé au combat en Espagne, il se trouvera prématurément en retraite et pourra alors se consacrer à l'administration de la commune de Changé, dont il restera maire de 1813 à 1857..."



    Le "Comté" d'Elva de 1715 à 1985.

    1- Joseph
    "...L'ex-comte et ancien maréchal de camp devenu "Citoyen DELVA" termine sa longue vie à Paris en l'an V (1797), non sans avoir préalablement, en 1791, acquis le Prieuré de Changé, près de Laval, par vente de Biens Nationaux...

    Il se maria à deux reprises, tout d'abord avec la demoiselle Desnos de la Feuillée dont la mort prématurée ne lui permit pas d'avoir une descendance, et par la suite avec Claudine Dulau qui lui donna deux fils : Armand et Félicité (ce dernier mourut en 1788).
    Avant de s'installer à Changé, ils habitaient Paris, au 1391 de la rue-Cul-de-Sac-Notre-Dame-des-Champs. Joseph d'Aliney, comte d'Elva, n'eut pas vraiment le temps de profiter de sa nouvelle demeure de la campagne mayennaise ; il mourut en mars 1797.

    "...Sa veuve se retira plus tard dans la même localité (Changé) où elle s'occupa de gérer ces biens et où elle mourut en 1825. Elle put ainsi voir encore en 1820, le mariage de son fils Armand, avec Cécile de Royers..."

    Bien implantés dans leur nouvelle patrie, les fils, les petits-fils et arrière-petits-fils du maréchal de camp occuperont la mairie de Changé pendant tout le XIXe et une partie du XXe siècle.


    2- Armand
    Né à Paris en 1786, ancien officier des Dragons, blessé plusieurs fois sous le 1er Empire, officier de la légion d'honneur et maire de la commune de Changé, le nouveau propriétaire eut une vie assez bien remplie...

    ...Pilier de la commune de Changé, Armand d'Aliney est à l'origine de nombreuses initiatives propices au développement du village : il fait créer un établissement pour les soeurs institutrices et une maison d'école pour les garçons. Il obtient également des financements pour l'amélioration des routes d'accès à Changé...


    3 - Auguste
    Né à Changé le 18 Août 1824, Auguste, fils unique d'Armand et de Cécile de Royers, devient le nouveau comte d'Elva. Il épouse Alix de Quelen, le 28 Novembre 1849.
    Cette nouvelle génération de la famille d'Elva est à l'origine de nombreuses réalisations, autant sur leurs propriétés que sur la commune :

    - Au château de Changé : lors de leur mariage en 1849, le jeune couple avait reçu en cadeau la réalisation du décor de la salle à manger. Ces boiseries ornent l'actuelle salle des mariages. Deux éléments particuliers de ce mobilier se font face : une bibliothèque et une cheminée. Cette dernière, en partie haute, est sculptée aux armes de la famille italienne des d'Elva et de la famille bretonne des Quelen. De part et d'autre de l'âtre, deux petites sculptures représentent les bustes des jeunes mariés costumés en couple royal du Moyen-Age. Dans les années 1860, Alix est également à l'origine de la construction de l'aile fermant la cour au sud, de l'orangerie et du tracé du parc à l'anglaise.


    4 - Christian
    ...Né à Changé, le 21 septembre 1850, Christian, fils aîné d'Auguste et d'Alix de Quelen, est un vicomte d'Elva, tout comme ses quatre frères et son unique sœur...
    ...Maire de Changé de 1884 à 1925, conseiller général du canton de Laval-Ouest de 1889 à 1925, député de la Mayenne de 1889 à 1906 puis sénateur de 1906 à 1925, Christian d'Elva sera très impliqué dans la vie politique du département. Il décède en mars 1925...


    5 - Henriette Liger de Chauvigny, vicomtesse d'Elva
    Fille aînée de Christian d'Aliney et d'Elise Dumont, elle épouse Edmond Liger de Chauvigny. Ils acquièrent auprès de sa mère, Elise le 19 juillet 1911, et moyennant la somme de 80 000 F, le château de Changé.
    Après la mort de son mari, un retour "laborieux" dans la demeure changéenne, suite à l'occupation répétée des lieux (Allemands, réfugiés...), elle doit mettre en vente le château familial en 1962.
    Dans cette vente, la commune n'obtient que la demeure et les parties est et ouest du parc. En effet, Mme Liger de Chauvigny reste propriétaire des écuries où elle avait aménagé son habitation, de quelques dépendances, ainsi que la majorité du parc, côté sud, jusqu'à sa mort en 1985...

    Pour en savoir plus sur la famille d'Elva http://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_d%27Elva

    Le Prieuré de Changé

    Le prieuré de Changé

    Ce n'est que le 7 Décembre 1790 que le comte Joseph d'Aliney d'Elva et son épouse firent l'acquisition de la maison prieurale (composée d'un principal corps de bâtiments avec deux pavillons, dont l'un, vers le nord, contenait la chapelle, et l'autre, la cuisine), du domaine et des dépendances, mais aussi de toutes les métairies, closeries et autres pescheries dont le prieuré était gérant.

    Les nouveaux propriétaires, habitant à Paris, ne vinrent vraiment s'installer dans la commune de Changé que dans la première moitié du XIXe siècle. Pendant cette période d'inoccupation des lieux, ils délèguent leurs pouvoirs terriens sur la commune au "Sieur Gougeon de la Roche" qui occupa le poste de Fermier Général pour le compte de la famille d'Elva, en tant que gestionnaire, intermédiaire et superviseur des différentes tâches liées à ces nouvelles acquisitions.

    Les constructions du prieuré, comme le montre le cadastre napoléonien de 1814, n'ont véritablement été transformées que vers 1840. La démolition de l'ancienne chapelle, sur la demande du comte Joseph d'Aliney d'Elva, permit d'agrandir l'habitation par l'adjonction d'une aile bâtie en retour au pignon nord de l'ancien logis.

    Par ces travaux commence la disparition progressive des différents bâtiments qui constituaient l'ancien prieuré de Changé. Actuellement, les seuls vestiges de cette époque se trouvent dans les sous-sols du château, l'édifice actuel ayant été construit sur les caves de l'ancienne maison prieurale.

    Le Château

    "...Vaste demeure, située juste à l'entrée du bourg, lorsque l'on vient de Laval par la rive droite. Ce château, où prédomine le style Renaissance, comprend 3 étages et compte un total de 82 pièces.
    Voisin de l'église paroissiale, il se dresse à proximité de la rivière, qui n'est séparée du perron que par une prairie et un écran de verdure ; un parc étendu, parsemé de grands et beaux arbres, qui bordent la Mayenne, complètent agréablement le cadre..."
    (Ouest France du 24 Août 1962).

    L'histoire du château
    ...A la Révolution, lors de la vente des différentes propriétés que possédait l'ancien prieuré de Changé, la famille d'Elva avait acquis le grand domaine prieural situé au centre du bourg...

    ...Les nombreuses transformations faites par le comte Armand se trouvent détaillées dans l'Acte de liquidation et de partage établi en mars 1857, son testament, dont nous en avons tiré les grandes lignes :

    "...le château, jardin et dépendances de Changé, situés commune de Changé, contenant 14 hectares 12 ares 85 centiares...

    ...de nombreuses constructions neuves et de grosses réparations d'une grande importance, sur la plupart des fermes qui composent ses biens propres...
    ...des constructions neuves fortes importantes au château de Changé et aux bâtiments qui en forment les dépendances...

    ...construction à neuf d'un grand pavillon, au château, ainsi qu'aux bâtiments de l'ancienne métairie du Domaine, de la Porterie et un grand mur entre le jardin et la route...

    ...des changements et travaux considérables dans la partie ancienne du château..."
    ...Au moment de la réalisation de ces différentes transformations apportées au domaine, l'artiste Jean-Baptiste Messager, parcourant les environs de Laval, s'arrêta plusieurs fois à Changé, pour y faire quelques esquisses. Le musée de Laval conserve divers dessins du château offrant plusieurs points de vue mais surtout réalisés à différentes époques...

    ...A partir de 1878, le château enfin achevé, "avec ses toits aigus, ses fenêtres ornementées, sa chapelle domestique, ses dépendances et son immense prairie..." (description faite en 1882), devenait entièrement habitable.

    ...Le cadastre modifié en 1960 présente un château dans son état définitif après les différents travaux réalisés par trois générations de la famille d'Elva, ceux d'Armand, d'Auguste et de Christian...

    L'occupation allemande
    ...Lors du conflit 39-45, les troupes allemandes occupent les châteaux de la famille d'Elva. Henriette, fille aînée de Christian, et de son époux Edmond Liger de Chauvigny abandonnent les lieux.
    Les Allemands établissent des baraquements entre le logis et la rivière. Le château, investi par un Etat-Major, fait l'objet de pillages (tapisserie d'Aubusson, meubles, vaisselle, argenterie...) et de nombreux papiers et documents qui concernaient la famille sont brûlés.

    A l'aube de la Libération, le 30 juillet 1944, les Allemands font exploser le pont métallique qu'Auguste d'Elva avait fait construire plus de 70 ans auparavant. La déflagration pulvérise les vitraux de l'église ainsi que les fenêtres du château. Elle fait voler des morceaux de fonte et de pierre à 100 m à la ronde qui viennent ainsi heurter les habitations, dont le logis de la famille d'Elva...

    La vente du château
    ...Après le départ des Allemands, les propriétaires du château de Changé ne réintègrent pas tout de suite leur demeure. Inoccupée durant quelques années, elle va être au centre de nombreuses discussions et de partages :
         - en 1946, le château et mis à la disposition du ministère des Prisonniers, Déportés et Rapatriés français qui y installe une antenne médicale.
          - en 1952, le conseil municipal envisage d'acheter parc et château. Il projette d'organiser une place publique et d'installer dans le logis, la mairie, une bibliothèque, des logements pour le secrétaire de mairie, pour les employés communaux et pour les instituteurs-adjoints, ainsi qu'un local pour la pompe à incendie. Le parc serait utilisé pour faire un terrain de sport et un lotissement.
          - de nombreuses autres intentions d'achat, basées sur différents projets, se succéderont jusqu'à la vente finale en 1961...

    - En 1985 à la mort de Madame Liger de Chauvigny, dernière figure de la famille d'Elva, la totalité du domaine est cédée à la commune de Changé. La mairie devient donc propriétaire du château, de ses dépendances, du parc et de la châtaigneraie...

    ...Depuis cette acquisition, les constructions et modifications vont bon train dont la dernière terminée au début du printemps 2003, l'extension de la mairie, une extension moderne greffée sur la façade arrière du château...

    Le pont de Changé

    Le pont actuel de Changé date de 1956.

    Auparavant, aucun pont n'était présent sur la commune. C'est un pontonnier qui assurait le passage d'une rive à une autre.

    Puis, après des années de conflit avec le pontonnier, le comte Armand d'Elva a décidé de construire un pont en fonte, avec l'aide de Gustave Eiffel. Mais en 1944, l'armée Allemande a détruit celui-ci. Les Changéens ont alors construit un pont en bois, appelé "passerelle". Celui-ci a été utilisé pendant 12 ans.

    Le parc des Ondines

    Lorsque Changé a racheté le Parc des Ondines en 1986, celui-ci était en prairie depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Sous l’impulsion des services techniques et avec ‘aide d’un élagueur hors normes (lire ci-contre), le Parc a retrouvé aujourd’hui toute sa splendeur, avec ses larges pelouses cousues d’allées propices aux balades et son impressionnante famille d’arbres où de solides patriarches veillent sur les jeunes pousses. Le parc compte ainsi aujourd’hui plus d’une trentaine d’espèces d’essences différentes et une centaine d’arbres plusieurs fois centenaires. Parmi eux figure l’un des plus vieux tuyas d’Europe, qui fut probablement planté là au 17e siècle, et dont les branches en marcotte se déploient sur une cinquantaine de mètres de circonférence.

    Plus petits mais pas forcément moins âgés des trésors de vieux buis, de houx ancestraux, et quantité d’autres joyaux, vivent en ce parc. Un lieu exceptionnel à découvrir, d’autant plus facilement qu’une signalétique a été mise en place pour rendre la balade aussi pédagogique qu’attractive.

    Depuis 1991, c’est en ce sens que tous les travaux ont été entrepris. Le parc des Ondines est devenu, ainsi, l’un des plus beaux que l’on connaisse, avec ses larges pelouses cousues d’allées qui se prêtent aux balades en famille, ses bosquets, ses massifs et son impressionnante famille d’arbres, où les patriarches veillent sur les jeunes pousses. Au total le parc compte pas moins d’une trentaine d’espèces d’essences différentes et une centaine de spécimens, plusieurs fois centenaires. Parmi eux, on remarque notamment l’un des plus vieux tuyas d’Europe, qui fût probablement planté là dès le 17e siècle, et dont les branches en marcotte, ondulent et déploient leur feuillage sur une circonférence d’une cinquantaine de mètres ! Beaucoup plus petits, mais pas forcément moins âgés, des trésors de vieux buis, de houx ancestraux et quantité d’autres joyaux de la nature vivent aussi dans le parc et en font un endroit tout à fait exceptionnel.

    Société d'Archéologie et d'Histoire de la Mayenne

    Découvrez leur site internet en cliquant ici.

    MAIRIE DE CHANGÉ

    Hôtel de Ville,
    6 place Christian d'ELVA
    BP 20002 53810 CHANGÉ

    CONTACT

    Formulaire de contact
    Téléphone : 0243532082
    Fax : 0243670606